Et bien voilà, maintenant je peux dire que nous avons officiellement notre carte verte.

Elle nous a donné la frousse cette fameuse carte. Vous vous rappelez quand je vous ai dit que nous avions notre carte temporaire, que je pouvais travailler, etc? Et bien quelques mois plus tard, nous avons eu des nouvelles pour le moins inquiétantes concernant notre statut.

Nous n’étions plus certains de rien et j’ai eu peur de devoir préparer un plan B drette là!

La carte devait suivre quelques mois plus tard, mais un matin, nous avons plutôt eu des nouvelles du genre : « oups, on va regarder de plus près, ça ne semble pas être ce à quoi on s’attendait comme dossier » (je reste vague sur les motifs, c’est juste pour donner une idée). Nous sommes passés par quelques semaines plutôt intenses et émotives, c’est le moins que je puisse dire. Finalement, après analyse, le gros détail a été approuvé et les derniers détails ne devaient causer aucun délai ou refus!

Mais vous savez quoi? À partir de ce moment, je me suis dis :

J’y croirai quand je l’aurai entre les mains!

C’est chose faite! Nous sommes maintenant résidents permanents. Ouf!

À l’occasion, nous parlons de quitter la Californie pour s’établir aux Îles Turquoises… Euh, voyons, je veux dire « ailleurs qu’en Californie« , pour vivre une autre expérience, mais entre la possibilité de pousser un rêve et devoir prendre une décision précipitée, c’est deux! J’avais l’impression de revivre (en plus petit certes) le même flot d’émotions qu’à Québec quand on discutait du virement favorable de notre future expatriation.

Bonne journée!