On m’a demandé ce que je conseillerais… Ce n’est pas évident de donner des conseils parce que votre expérience pourrait être totalement différente de la mienne.

Disons plutôt que pour partager ma propre expérience, je ne m’attendais pas à tout ça. J’ai été surprise par certaines étapes nécessaires au déménagement. Si vous êtes intéressés à vous expatrier, peut-être porterez-vous une attention particulière à ce qui suit… question de vous guider!

J’y vais en vrac avec ce qui me vient en tête. Si vous avez des questions particulières, faites-moi signe!

Oui je le veux!
C’est une décision de couple, mais lui seul peut travailler avec son VISA. Par contre, si la petite famille prévoit s’expatrier aussi (évidemment c’est ce que l’on vise), il faut être mariés! Pour notre part, c’était chose faite. Si vous n’êtes pas du type « engagement officiel », c’est à voir.

VISA et emploi

Il y a plusieurs types de VISA. Celui que nous avons permet à mon chum de travailler et moi et les filles, de vivre aux États-Unis.

Si c’est seulement un des conjoints qui a un VISA de travail, il faut se préparer à ce mode de vie. Si on n’a pas de SSN (comparable au NAS), comme dans mon cas, tout est encore plus compliqué. Je suis comme une nobody ici. Comme on dit toujours à la blague : je peux respirer ici… c’est quand même ça! 🙂

Sérieusement, maintenant que je suis ici, j’aimerais bien avoir quelques contrats. D’un autre côté, avant notre départ je n’étais pas intéressée à travailler parce que mon anglais n’était pas bon. Aujourd’hui, j’aimerais travailler à mon compte et avoir de petits contrats mais ce n’est pas possible avec mon VISA. Les procédures auraient de toute façon été beaucoup plus longues avant notre départ et notre envie de s’expatrier était plus forte que mon envie de travailler (quand même…)

En lien avec l’obtention du VISA, j’aimerais ajouter que ce sont les douaniers qui ont le pouvoir de dire Oui ou Non. C’est lors d’un voyage que mon chum a passé le test. Après quelques entrevues, un premier refus, quelques modifications à sa requête (et quelques heures de stress), il a finalement obtenu son VISA.

Des listes et des listes

Je suis habituellement la maître des listes! C’est au point que je me fais des listes de listes… pathétique! Pour le déménagement, c’est mon chum qui s’occupait de ça parce qu’il est très organisé et il avait quelques étapes de plus que moi (en lien avec son emploi). Les listes étaient longues!

Non seulement il faut faire des changements d’adresse, mais il faut annuler bien des choses (carte d’assurance-maladie pour ne donner qu’un exemple), rediriger le courrier, prévoir une procuration si nécessaire (beaucoup plus pratique de la faire avant de déménager… expérience vécue)

C’est un peu plus long en terme de préparation qu’un déménagement dans une autre ville!

Préparer la famille à notre départ

Quand nous avons annoncé à la famille que nous allions officiellement quitter, ça n’a pas été facile.

On a le goût de vivre une expérience unique, mais on va nécessairement s’éloigner d’eux physiquement. C’est la même chose de leur côté; ils sont heureux pour nous, pour cette belle aventure, mais ils vont s’ennuyer de nous énormément (spécialement des petits-enfants dans le cas de nos parents)

Ça nous prend un temps à s’adapter à notre nouvelle vie, mais ça prend aussi un certain temps pour que la famille s’habitue à notre absence. Est-ce qu’on ne s’y habitue jamais? Probablement. On vit avec, tout simplement!

Je vais reprendre les mots de ma mère qui me disait : « à tout moment, on se dit : c’est plate que Jenny ne soit pas là. On a toujours l’impression qu’il manque quelqu’un et dans votre cas, il en manque quand même 4 ».